Arrow
Rapports
19.1.23

The CDR series: Direct Air Capture

No items found.
The CDR series: Direct Air Capture

L'élimination du carbone atmosphérique est nécessaire pour la neutralité carbone

La capture directe du CO2 dans l’air (en anglais Direct Air Capture, DAC) est l’une des méthodes envisagées pour générer des émissions négatives, nécessaires pour atteindre la neutralité carbone (voir notre précédent rapport sur le sujet). Le DAC peut permettre d’éliminer durablement du CO2 de l’atmosphère, ou bien fournir une source continue de CO2 pour divers usages actuels et futurs. À ce jour, la technologie est encore peu mature, avec une vingtaine d’installations déployées dans le monde, au stade de pilote ou en début de commercialisation.

Les avantages certains du DAC, notamment en termes de permanence de la séquestration du CO2, sont actuellement contrebalancés par les coûts élevés et les besoins énergétiques conséquents des technologies existantes. Les activités de R&D en cours pourraient permettre d’améliorer ces performances, en optimisant les procédés actuels ou en développant de nouvelles approches technologiques. Un écosystème très dynamique est en train de se créer autour du DAC, porté par des financements toujours plus importants, et des projets d’envergure croissante sont annoncés dans la décennie à venir, qui pourront permettre à la technologie de gagner en expérience en se déployant dans différents contextes.

Quelles perspectives?

À l’heure actuelle, le potentiel de déploiement du DAC reste incertain, et les estimations varient largement suivant les différents scénarios. Son rôle dans l’action climatique doit donc encore être clarifié, notamment par rapport aux autres méthodes d’élimination du CO2 atmosphérique. Afin de s’assurer de la réelle soutenabilité de la technologie, il est nécessaire, au fur et à mesure que le DAC se développe, d’en évaluer les impacts sociétaux, en particulier vis-à-vis des possibles conflits d’usages en termes d’énergie bas-carbone, et de consolider les analyses de cycle de vie existantes.

Le DAC présente donc des perspectives intéressantes, et son rôle exact se précisera au cours des années et décennies à venir. Il convient de rappeler que cette technologie se place au sein d’un ensemble de méthodes contrastées permettant l’élimination d’une partie du CO2 atmosphérique, méthodes qui ne sont elles-mêmes qu’un complément, nécessaire mais limité, aux réductions drastiques des émissions qui doivent se faire en premier lieu.

Télécharger le rapport complet

Carbon dioxide removal is necessary to achieve net-zero

Direct Air Capture (DAC) is one of the methods considered to generate the negative emissions needed to achieve carbon neutrality (see our previous report on this topic). DAC can either remove CO2 from the atmosphere or provide a continuous, easy-to-monitor source of CO2 for various current and future uses. To date, the technology is still at an early stage of development, with about 20 installations deployed worldwide, either in the pilot or early commercialisation stage.

The considerable advantages of DAC, particularly regarding the permanence of CO2 sequestration, are currently outweighed by the high costs and high energy requirements of existing technologies. Ongoing RD&D activities could help improve DAC performances by optimising current processes or developing alternative technologies. A very dynamic ecosystem has started to form around DAC, supported by ever-increasing funding, and projects of increasing scale are announced in the coming decade, which may allow the technology to go down the experience curve by being deployed in different contexts.

What perspectives?

The deployment potential of DAC remains uncertain, and estimates vary widely across different scenarios. Its role in climate action therefore still needs to be clarified, especially in comparison to other CDR methods. In order to ensure sustainable deployment of the technology, it is necessary, as it develops, to assess its societal impacts, in particular with regard to possible conflicts of use in terms of low-carbon energy, and to consolidate existing life cycle analyses.

DAC is a promising technology, whose exact role will become clearer in the years and decades to come. It should be remembered that this technology is part of a set of contrasting CDR methods, methods that are themselves only a necessary but limited complement to the drastic emission reductions that must be made in the first place.

L'élimination du carbone atmosphérique est nécessaire pour la neutralité carbone

La capture directe du CO2 dans l’air (en anglais Direct Air Capture, DAC) est l’une des méthodes envisagées pour générer des émissions négatives, nécessaires pour atteindre la neutralité carbone (voir notre précédent rapport sur le sujet). Le DAC peut permettre d’éliminer durablement du CO2 de l’atmosphère, ou bien fournir une source continue de CO2 pour divers usages actuels et futurs. À ce jour, la technologie est encore peu mature, avec une vingtaine d’installations déployées dans le monde, au stade de pilote ou en début de commercialisation.

Les avantages certains du DAC, notamment en termes de permanence de la séquestration du CO2, sont actuellement contrebalancés par les coûts élevés et les besoins énergétiques conséquents des technologies existantes. Les activités de R&D en cours pourraient permettre d’améliorer ces performances, en optimisant les procédés actuels ou en développant de nouvelles approches technologiques. Un écosystème très dynamique est en train de se créer autour du DAC, porté par des financements toujours plus importants, et des projets d’envergure croissante sont annoncés dans la décennie à venir, qui pourront permettre à la technologie de gagner en expérience en se déployant dans différents contextes.

Quelles perspectives?

À l’heure actuelle, le potentiel de déploiement du DAC reste incertain, et les estimations varient largement suivant les différents scénarios. Son rôle dans l’action climatique doit donc encore être clarifié, notamment par rapport aux autres méthodes d’élimination du CO2 atmosphérique. Afin de s’assurer de la réelle soutenabilité de la technologie, il est nécessaire, au fur et à mesure que le DAC se développe, d’en évaluer les impacts sociétaux, en particulier vis-à-vis des possibles conflits d’usages en termes d’énergie bas-carbone, et de consolider les analyses de cycle de vie existantes.

Le DAC présente donc des perspectives intéressantes, et son rôle exact se précisera au cours des années et décennies à venir. Il convient de rappeler que cette technologie se place au sein d’un ensemble de méthodes contrastées permettant l’élimination d’une partie du CO2 atmosphérique, méthodes qui ne sont elles-mêmes qu’un complément, nécessaire mais limité, aux réductions drastiques des émissions qui doivent se faire en premier lieu.

Télécharger