Arrow
Explainers
Feb 6, 2024

Sustainable Aviation Fuels (SAFs)

Robin Girard

Sustainable Aviation Fuels (SAFs)

In 2019, commercial aviation emitted more than one billion tonnes of CO2 into the atmosphere (i.e. 2.8% of global CO2 emissions), and its contribution to global warming is estimated at 4% when taking into account non-CO2 effects (contrails, other GHGs, etc.). Despite a sharp drop in traffic during the COVID pandemic, it has rapidly picked up again (2019 levels should be reached by the end of the year), and industry players are already forecasting a 2 to 3.5-fold increase in passenger and freight traffic by 2050, mainly due to growing access to aviation in developing countries.

Although the sector has seen impressive technological progress since its inception, notably in reducing fuel consumption, this will not be enough to achieve carbon neutrality, or even to counter the rise in emissions caused by a potential increase in traffic. With the ICAO committed to ensuring that the sector complies with the Paris agreements, and thus achieves carbon neutrality by 2050, it will be necessary to activate all available levers to reduce its climate impact.

Among the different solutions, sustainable fuels (SAF) are presented as the keystone of the sector's decarbonization strategy. But are they really the silver bullet the sector is hoping for?

L’aviation commerciale a émis en 2019, plus d’un milliard de tonnes de CO2 dans l'atmosphère (soit 2,8% des émissions mondiales de CO2) et on estime à 4% sa contribution au réchauffement climatique en considérant les effets hors-CO2 (traînées de condensation, autres GES…). Malgré une forte baisse du trafic durant la pandémie de COVID, celui-ci est reparti rapidement à la hausse (niveaux de 2019 devraient être atteints dès la fin de l’année) et les acteurs du secteur prévoient déjà une multiplication par 2 à 3,5 du trafic de passagers et de marchandises en 2050, principalement dû à un accès croissant à l’aviation dans les pays en développement.

Bien que le secteur ait connu des progrès technologiques fulgurants depuis ses débuts, notamment sur la réduction de la consommation de carburant, ceux-ci ne suffiront pas à atteindre la neutralité carbone, ni même contrer la hausse des émissions causée par une potentielle augmentation du trafic. L’OACI s’étant engagée à ce que le secteur respecte les accords de Paris et donc à atteindre la neutralité carbone en 2050, il sera nécessaire d’actionner tous les leviers à disposition pour réduire son impact sur le climat.

Parmi les solutions, les carburants durables ou SAF en anglais, sont présentés comme la clé de voûte de la stratégie de décarbonation du secteur. Mais ces derniers ont-ils réellement le potentiel qu’on leur attribue ?

Download now