Retour en grâce du charbon?

La forte reprise économique en 2021 et la crise énergétique ont mené à une forte hausse de l'utilisation du charbon. Alors que son utilisation devrait fortement diminuer

Dec 23, 2021
Back to the blog

Article publié sur Le Cercle Les Echos
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/a-quand-la-fin-du-charbon-1374351

“La production d'électricité au charbon devrait atteindre un niveau record en 2021’’. Cette observation est faite dans le récent rapport ‘Coal 2021’ publié par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) qui prévoit une augmentation de 9% de la production électrique au charbon en 2021 par rapport à 2020. Pire, l’AIE prévoit que la consommation mondiale pourrait retrouver en 2022 son niveau record de 2013-2014 et ne commencer à décroitre qu’après 2024. Quelques mois après la sortie du sixième rapport d’évaluation du GIEC et la COP26 à Glasgow, cette résurgence de l’utilisation du charbon est tout sauf une bonne nouvelle pour le climat.  

Source d’énergie qui a permis l’essor de notre société industrielle au 19ème siècle, le charbon, est encore au cœur de notre système énergétique. Il charbon représente en effet 25% de notre énergie primaire et 37% de l’électricité mondiale. Si la France est en train de fermer ces dernières centrales à charbon, certains pays développés sont encore très dépendants de cette ressource. Cela représente en effet en 2020: 19%de l’électricité aux Etats-Unis,23% en Allemagne, et 29% au Japon.

 Qu’est-ce que le charbon ?

Le charbon est une roche sédimentaire à forte teneur en carbone formée parla décomposition de biomasse sous l’effet de fortes températures et pressions.Il en existe différents types classés selon leur teneur en carbone, leur densité énergétique ou leur taux d’humidité. On peut ainsi distinguer, entre autres, l’anthracite très riche en carbone, la houille, et la lignite. Cette dernière, avec une densité énergétique assez faible (à peine plus élevée que celle du bois sec) est très utilisée en Allemagne.

Le charbon était déjà utilisé en Chine il y a 2000 ans. Il fut utilisé pour des applications ‘industrielles’ en Belgique dès le 12ème siècle. C’est en Angleterre que son utilisation a vraiment décollé; 10 millions de tonnes y étaient déjà utilisé en 1750. Le charbon a permis de contourner la limite posée par une forte déforestation due au développement de la sidérurgie pour une part – activité fortement consommatrice de charbon de bois, et par la demande en bois de construction d’autre part.  Il marque de plus un pivot d’une économie de flux, limitée par la vitesse de pousse des arbres, à une économie de stock basée sur l’extraction de cette matière accumulée pendant des millions d’années.

 Une demande toujours en hausse

En 2020, la production mondiale était de presque 8 milliards de tonnes- en moyenne plus d’une tonne par personne. La Chine produit quasiment 50% du total mondial, le deuxième producteur est l’Inde avec environ 800 millions de tonnes,5 fois moins que la Chine. Il est utilisé principalement pour la production d’électricité (66%) et pour la production d’acier (12%).

Le charbon représentait environ 47% de l’énergie primaire mondiale en 1900, la biomasse comptant pour 50%. Si cette part a diminué au cours du 20ème siècle, la production de charbon a été multiplié par 6 sur le siècle. La part du charbon a même augmenté au début du 21ème siècle sous l’influence de la Chine dont la production a triplé entre 2000 et 2019, portée par une très forte croissance économique. Entre 2008 et 2016, la Chine installait chaque année entre 40 et 60gigawatts de capacité de production au charbon, l’équivalent du parc nucléaire français. C’est pourtant la source d’énergie la plus émettrice de CO2(par unité de puissance produite) et celle qui cause le plus de décès.

Tourner le dos au charbon, et plus généralement, aux énergies fossiles, est un impératif pour baisser les émissions de CO2. Dans sa feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050 publiée début 2021, l’AIE table sur la fermeture des centrales à charbon d’ici 2040. Surtout, l’AIE rappelle que tout nouvel investissement dans une centrale à charbon se fait contre les objectifs de baisse des émissions. De nombreux pays comme les USA ou la Chinese sont engagés à ne plus financer de centrales à charbon à l’étranger. Au total, il y a environ 2000GW de puissance au charbon installée dans le monde et environ 500 GW en construction ou prévus. Le rythme de construction a tendance à diminuer.

Las, la forte hausse des prix du gaz, et de l’énergie en général, a mené certains pays (l’Angleterre par exemple) à rouvrir d’anciennes centrales à charbon, la production en Chine ayant atteint des records fin 2021. Au vu des réserves très abondantes, il ne faut pas compter sur leur épuisement pour limiter la production. Sauf politiques beaucoup plus volontaristes, il est donc à craindre que le charbon soit encore avec nous pour de nombreuses années. Rappelons que les engagements pris par les différents pays ne sont en rien compatibles avec les ambitions de l’Accord de Paris. Une étude récente montrait notamment que 90% des réserves de charbon devaient rester inexploitées pour avoir une chance de rester sous les 1.5 degrés de réchauffement. Il va donc falloir être plus exigeant pour que le charbon devienne vraiment, et enfin, une énergie du passé.

Our latest ressources